Skip to main content

« La paix doit être pratiquée »

Skip to main content

La Journée du Rotary aux Nations unies encourage la paix à se réaliser

Par Photos par

Le jour du 99e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, plus de 1 200 personnes se sont rassemblées à Genève à l’occasion de la Journée du Rotary aux Nations unies. 

Les participants, représentant 87 pays, se sont retrouvés le samedi 11 novembre au Palais des Nations, qui étaient initialement le siège de la Société des Nations, pour participer aux activités sur le thème « La paix, avoir un impact réel » présenté par le président du Rotary, Ian Riseley.

 

View Slideshow

Le Rotary International salue six Champions de la paix à l’occasion de la Journée au Nations unies, le 11 Novembre. 

« Les progrès vers la compréhension internationale, la bonne volonté et la paix restent les objectifs prioritaires du Rotary, a déclaré M. Riseley. Il est temps pour nous de reconnaître le potentiel de toutes nos actions pour bâtir la paix et de garder à l’esprit que la construction de la paix doit être la matrice de toutes nos futures actions. »

Pour la première fois depuis 13 ans, la Journée du Rotary à l’ONU ne s’est pas tenue à New-York. 

La Journée a clôturé la Semaine genevoise pour la Paix, durant laquelle John Hewko, le secrétaire général du Rotary International, a relevé « l’étroite collaboration entre le Rotary et l’ONU dans leur poursuite commune de la compréhension internationale et de la paix ». 

Les Rotariens « peuvent transformer le concept de la paix en réalité au travers du service, dit Ed Futa, le doyen des représentants du Rotary à l’ONU. La paix doit être pratiquée plutôt que prêchée. »

John Hewko, le secrétaire général du Rotary International a salué les Champions de la paix du Rotary comme « l’incarnation de l’étendue de l’impact du travail réalisé par notre organisation », et les a remerciés pour donner « la feuille de route vers des sociétés plus pacifiques et résilientes, telles qu’elles devraient être ».

Le Rotary a salué les six Champions qui ont chacun prononcé quelques mots : 

  1. Alejandro Reyes Lozano, Rotary club de Bogotá Capital (Colombie) : Faisant partie d’une « génération qui a grandi dans un monde d’incertitude et de peur » comme il l’a fait observer, Reyes Lozano a joué un rôle clé dans les négociations de la fin des 50 ans de conflit entre le gouvernement colombien et les forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Aujourd’hui, il utilise une subvention mondiale de la Fondation Rotary pour aider aux efforts de construction de paix par les femmes de six pays d’Amérique latine.

  2. JeJean Best, Rotary club de Kirkcudbright (Écosse) : « Si nous ne cultivons pas la paix en nous-même, nous ne pourrons jamais faire progresser la paix mondiale », dit-elle au sujet d’Action pour la paix, un programme qu’elle a créé pour soutenir les « futurs dirigeants pour la paix » à développer leurs compétences pour résoudre les conflits.

  3. na Rahman, Rotary club de Dhaka Mahanagar (Bangladesh) : « L’éducation est un vecteur de paix puissant et transformateur », explique cette fervente avocate pour les droits des travailleurs et de la sécurité du travail, encourageant les jeunes femmes à développer leurs compétences et expériences professionnelles.

  4. Ann Frisch, of the Rotary Club of White Bear Lake, Minnesota, USA: Le programme Frisch pour la paix des civils a introduit le concept de « protection des civils non armés » dans les zones de conflit à travers le monde. « La paix durable, explique-t-elle, requiert un engagement solide de la part des civils. »

  5. Kiran Singh Sirah,  diplômé des Centres du Rotary pour la paix :  Président du Centre International de la narration à Jonesborough (États-Unis), il utilise le storytelling pour promouvoir la paix, cultiver l’empathie et développer un sens de la communauté. « Les histoires sont importantes, elles sont même cruciales », dit-il.  

  6. Taylor Cass Talbot, diplômée des Centres du Rotary pour la paix : Vivant actuellement à Portland (États-Unis), elle s’est associée avec SWaCH, une coopérative indienne de ramassage des ordures pour créer une campagne en vue de sensibiliser à la sécurité et la dignité des éboueurs de Pune. Son travail de plaidoyer se montre créatif par son action Live Debris, qui livre bataille contre le gaspillage alimentaire à grande échelle. 

Michel Zaffran, le directeur du programme pour l’éradication de la polio à l’Organisation mondiale de la santé a présenté les dernières actualités sur l’éradication de la polio. Il a mis en relief les progrès considérables réalisés par le Rotary, l’OMS, la Fondation Bill & Melinda Gates et d’autres partenaires dans l’élimination de 99 pour cent du virus de la polio dans le monde. 

Sur la question de la paix, Michel Zaffran explique : « Cette cause internationalement commune (qu’est l’éradication de la polio) peut être une stratégie pour rendre le monde plus pacifique. » Le docteur a rejoint Son Excellence Mitsuko Shino, représentante permanente du Japon auprès de l’Office des Nations unies à Genève et co-présidente du groupe des partenaires de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio.

Lors de son intervention, Ian Riseley a émis la même observation. « Le travail de l’éradication de la polio nous a enseigné… que lorsque vous avez suffisamment de personnes qui travaillent main dans la main, quand les problèmes et les mécanismes sont identifiés, quand vous combinez moyens et ressources et lorsqu’un plan et des objectifs sont établis – vous pouvez, en effet, déplacer des montagnes, a-t-il déclaré, et la nécessité d’agir et de coopérer n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. »

 

  1. Le Champion de la paix, Kiran Singh Sirah, prononce son discours aux Nations unies. 

  2. Plus de 1 200 personnes du monde entier ont assisté à la Journée du Rotary aux Nations unies.

  3. Un atelier élaboré par et pour les jeunes a permis d‘explorer l’éducation et les sciences comme moyens de faire avancer la paix.

  4. La Journée du Rotary aux Nations unies était dédiée à la paix. « Cette cause internationalement commune (qu’est l’éradication de la polio) peut être une stratégie pour rendre le monde plus pacifique », a expliqué Michel Zaffran, directeur du programme pour l’éradication de la polio à l’Organisation mondiale de la santé.

  5. Dans un message vidéo, António Guterres, secrétaire général des Nations unies, a déclaré que l’ONU continuera de compter sur le leadership et sur l’engagement du Rotary. 

  6. Les Rotaractiens du monde entier ont aidé à organiser des ateliers sur la paix, l’éducation et les sciences. Plus d’un tiers des participants étaient âgés de moins de 35 ans.

  7.  « Il est temps pour nous de reconnaître le potentiel de toutes nos actions pour bâtir la paix et de garder à l’esprit que la construction de la paix doit être la matrice de toutes nos futures actions », a déclaré Ian Riseley.

  8.  « Au travers de l’histoire du Rotary, nous avons prouvé que nous n’avons pas besoin d’être diplomates de profession pour construire la paix », a déclaré Paul Netzel, président du conseil d’administration de la Fondation Rotary.

  9. John Hewko, secrétaire général du Rotary International, a salué les Champions de la paix du Rotary comme « l’incarnation de l’étendue de l’impact du travail réalisé par notre organisation » et les a remerciés pour donner « la feuille de route vers des sociétés plus pacifiques et résilientes, telles qu’elles devraient être ».

  10. Les champions de la paix Taylor Cass Talbott (au milieu de la photo) et Safina Rahman.

  11. La Journée mondiale du Rotary aux Nations unies s’est tenue à l’occasion du 99e anniversaire de la onzième heure du onzième jour du onzième mois qui a déclaré la fin de la Première Guerre mondiale.